COMMENT PHOTOGRAPHIER LA VOIE LACTÉE (ZION). UTAH. ÉTATS-UNIS.

– Astuces pour la prise de vue et le post-traitement – 

Zion National Park est un spot de choix pour admirer et photographier les étoiles. Le National Park Service a fait le choix de limiter (drastiquement) ce que les photographes appellent « la pollution lumineuse » dans le parc et ses alentours, ce qui facilite grandement la prise de vue et permet par la même occasion d’admirer ce magnifique spectacle. Le soir venu, il te suffit de lever la tête pour contempler l’immensité céleste.

Tu trouveras dans cet article des conseils pour photographier la voie lactée et les étoiles en général, à Zion et partout dans le monde. Je n’ai pas la prétention de faire des photos parfaites (en témoignent les photos de cet article, un peu floues à mon goût). Je suis simplement un débutant qui essaye de « s’éclairer » et qui partage ses astuces et sensations personnelles.

Quelques informations sur la Voie lactée

La Voie lactée serait une rivière. D’argent pour les Chinois, du paradis pour les Japonais. L’Egypte ancienne y voyait l’équivalent céleste du Nil. Résumons en disant que l’Histoire s’accorde pour dire que c’est une merveille. Elle nourrit les yeux, alimente l’imagination et magnifie le paysage.

Il faut se tourner vers la mythologie grecque pour trouver l’origine de son nom. Héraclès, fils de Zeus et d’une humaine, n’avait qu’un moyen pour devenir immortel: têter le sein d’Héra, la femme de Zeus. Hermès, peu de temps après sa naissance, plaça Héraclès dans le lit d’Héra. Affamé, l’enfant commença à têter, trop vigoureusement. Héra se réveilla en sursaut, perturbée par cet enfant qui n’était pas le sien. Son lait divin gicla dans le ciel, formant une longue trainée blanche: la Voie lactée.

Plus prosaïquement, la voie lactée est notre galaxie. Celle qui accueille le système solaire et quelques 200 milliards d’étoiles.

Le spot et la météo pour photographier la Voie lactée

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour maximiser ses chances d’avoir une belle photo. Et pour faciliter le post-traitement (la retouche).

Les étoiles, la voie lactée, sont de plus en plus difficiles à observer. La pollution lumineuse est toujours plus d’actualité avec l’expansion des villes et notre utilisation d’électricité. Toujours plus, même de nuit. Il te faudra donc absolument fuir la ville et toutes les installations lumineuses en général. L’idéal est souvent d’emprunter un petit chemin de montagne pour prendre de la hauteur ou conduire jusqu’au beau milieu d’un parc national, si possible assez loin des campings. Puis, attendre la nuit noire (donc évitez les soirs de pleine lune).

La météo est nécessairement à prendre en compte. Le ciel doit être dégagé, faute de quoi, tu l’auras deviné, les étoiles ne seraient pas visibles. Pour cela, consulte la météo quelques heures avant ta sortie photo. Plusieurs sites sont à ta disposition, pourquoi pas celui-là, ou bien celui-ci.

Pour ce qui est du cadrage, c’est une question de préférence. En règle générale, il faut trouver un coin dégagé pour avoir une vue d’ensemble du ciel, avec peu d’arbres, sans lignes téléphoniques… Mais il peut être intéressant avec un grand angle d’inclure dans sa photographie certains éléments comme des arbres ou une montagne, pour créer un peu de perspective et rendre la photo plus impressionnante. Les photos de cet article ont été prises à Zion (sauf une), au début du Watchman Trail.

Le matériel pour prendre en photo les étoiles

Pour ce qui est du modèle de l’appareil, je n’ai pu tester que mon canon EOS 1100D (entrée de gamme) et il permet de prendre des photos satisfaisantes (même si le bruit et la netteté sont très moyens). Tu auras besoin d’un appareil permettant de régler l’ouverture, la sensibilité ISO et la vitesse d’obturation. Veille à bien choisir l’objectif, celui-ci doit avoir une grande ouverture; c’est-à-dire F2.8 au moins pour « engranger » un maximum de luminosité. Les grands angles sont plus appropriés (16mm par exemple) pour intégrer l’environnement dans l’image; j’ai photographié pour ma part avec un 18-55mm.

Munis-toi également d’un trépied (indispensable). Étant donné qu’il faut faire des poses longues pour capter un maximum de lumière, le moindre mouvement rendra ta photo floue. Le trépied permet donc de garder ton appareil parfaitement stable pendant la prise de vue. Il existe une large gamme de trépieds, j’ai personnellement celui-ci de la marque Manfrotto qui répond parfaitement à mes besoins (compact pour le voyage, léger, stable, maniable…).

Tu peux faire sans en utilisant le retardataire de ton appareil (réglé sur 10 secondes) mais l’idéal est d’avoir une télécommande afin de pouvoir déclencher la photo « à distance » sans avoir à toucher l’appareil, ce qui permet d’éviter les vibrations et donc de rendre floue ta photo. Lorsque tu utiliseras le mode « BULB », elle te permettra de choisir quand tu veux arrêter la pose, ce qui est très pratique. Chaque télécommande est spécifique pour chaque appareil photo (ou presque). Pour le canon EOS 1100D, celle-ci fonctionne parfaitement.

Pour les « accessoires » une lampe frontale rouge est fortement conseillée. Elle permet de garder les mains libres pour régler son appareil, et la lumière rouge n’éblouie pas et permet donc de laisser l’oeil s’habituer à l’obscurité. La batterie de ton appareil va vite se décharger du fait des poses longues, donc deuxième batterie conseillée !

Les réglages et la prise de vue

Tu l’auras remarqué, la Voie lactée n’est jamais aussi visible à l’oeil nu que sur une photographie. Nous percevons en fait trop peu sa luminosité. L’appareil photo, grâce à des réglages spécifiques, va permettre de capter un maximum de lumière, pour la révéler (je me souviendrai toujours de la première fois où j’ai photographié la Voie lactée en Bretagne. Une fois la photo prise, je m’attendais à voir sur mon écran une petite trainée blanche à peine perceptible alors qu’elle était en fait bien visible !).

Photographier au format RAW pour que votre photo contienne un maximum « d’informations », ce qui te laissera plus de choix de retouches

Passer en mode manuel pour pouvoir déterminer l’ouverture, le temps de pose et les ISO

Faire une mise au point « à l’infini ». Ce réglage n’est pas mon fort je l’avoue ! Une autre solution peut être de faire une mise au point sur un objet au sol à une trentaine de mètres de toi, puis de passer en mode mise au point manuelle. Tu n’as plus qu’à viser le ciel

Ouvrir au maximum ton objectif (par exemple F2.8)

Monter dans les ISO (je ne vais pas au-delà de 3200 ISO, pour limiter le bruit)

Régler le temps de pose (il dépend de la longueur de ta focale). Plus tu utilises une focale longue (plus tu peux zoomer), plus le temps de pose doit être court. En effet, la terre tourne (sans blague) et une pose trop longue aura pour effet de « photographier » ce mouvement; les étoiles auront alors la forme de petits traits. Pour déterminer ce temps de pose précisément, en fonction de la longueur de ta focale et de ton ouverture, tu peux faire une recherche sur internet sur « la règle des 500 ». Avec un 18mm ouvert à 2.8, je règle le temps de pose en général aux alentours de 20 secondes.

 

Le post-traitement

Le post-traitement est indispensable selon moi lorsque l’on photographie les étoiles. Afin de magnifier ta photo (qui est au format RAW héhé), tu auras besoin d’un logiciel de retouche comme Photoshop ou Lightroom. Ils sont payants mais tu peux en trouver des gratuits qui feront le plus gros du travail.

Voici quelques avant/après:

Le traitement de base que j’applique à toutes mes photographies d’étoiles et de voie lactée est assez rapide (c’est une question de goût et c’est susceptible de changer pour chaque photo):

Je modifie la température légèrement vers le bleu (dans les -10)

Je baisse légèrement l’exposition

J’augmente un peu le contraste

J’augmente les blancs plus ou moins selon la photo

J’ajoute de la netteté

Je réduis autant que possible le bruit (« le grain » sur la photo)

Pour aller plus loin, sur Lightroom j’utilise ensuite:

Le filtre gradué que je place au niveau du ciel pour l’assombrir encore un peu en général, modifier légèrement la teinte vers le magenta

Plusieurs pinceaux. Un spécifiquement pour « peindre » la voie lactée où j’augmente l’exposition, la netteté et la saturation (pour que les couleurs ressortent). Et un que j’utilise souvent pour assombrir le premier plan afin que l’oeil soit directement attiré vers notre sujet: le ciel.

Tu peux aussi multiplier les poses; c’est-à-dire prendre plusieurs fois exactement la même photo (mêmes réglages et même cadrage grâce au trépied), pour ensuite les empiler sur photoshop afin de réduire le bruit.

CONTINUER LE VOYAGE

– Quelques articles au hasard – 

Le 22/06/17, par Antoine.

Je suis le jeune voyageur à l’initiative de Newfoundworld, un blog de voyage et blog aventure. Tu y trouveras des récits, photographies et conseils pratiques pour préparer tes propres aventures. Pour soutenir Newfoundworld, n’hésite pas à partager cet article et à suivre le blog sur les réseaux !

Newfoundworld est un être sociable (et sensible).

Participez à sa bonne santé et suivez-le sur les réseaux ! Il vous le rendra avec ses récits, conseils et photographies.